SHARE

Co-fondateur de Upick, Maxime est un jeune entrepreneur qui veut révolutionner la livraison de colis. Il nous délivre son histoire et sa vision de l’entrepreneuriat. 

Salut Maxime ! Présente-nous un peu l’entrepreneur qui est en toi !

Bonjour Hilaire, j’ai 27 ans, je viens de finir mon école de commerce après un parcours assez atypique. Après deux premières années en cursus initial à bosser chez Décathlon pour financer mes études, j’ai fait une première année à la Blanche Porte en alternance et une seconde à Disneyland à Paris où je me suis spécialisé en finance d’entreprise. L’entrepreneur qui est en moi vient principalement de mon grand père qui a ouvert une entreprise et que mon père a reprise. On peut dire que je baigne dans l’entreprenariat depuis ma tendre enfance.

J’imagine que tu n’as pas encore repris l’affaire familiale… Qu’est-ce qui t’a poussé à préférer monter ton propre projet ?

Avec mon associé nous avons toujours eu un tas d’idées mais notre projet actuel est sorti du lot. Mon meilleur ami et l’expérience unique de créer une entreprise sont les deux principales raisons qui m’ont poussé à vouloir développer mon propre projet.

Tu m’étonnes ! Assez de suspens, raconte-nous ce que tu mijotes avec ton meilleur pote !

Nous avons monté Upick, une plateforme qui met en relation des personnes qui font un trajet et des personnes qui ont besoin de faire transporter un objet. Upick est donc une plateforme qui regroupe les offres de trajet et les demandes de transport de colis. Tout y est possible, faire transporter ta moto, t’aider à déménager, te rapporter une bouteille de lait ou un plat de ta maman. Certains utilisent Upick pour les aider à transporter un meuble de chez Ikea par exemple.

Nous avons aussi crée une catégorie unique que nous avons nommé le « transport exceptionnel ».

upick

“Le transport exceptionnel” ? C’est quoi ?

Oui le transport exceptionnel, sacré nom ! C’est une rubrique unique en France qui permet au détenteur d’un objet peu commun (de part ses dimensions, son poids, sa forme…) de le soumettre à des enchères inversées.
Clairement, l’enchère la plus basse remporte le transport de l’objet.
Cela permet de mettre en concurrence les différents transporteurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers, pour proposer le prix le plus bas possible au propriétaire.
Par exemple, tu as ta moto à transporter, au lieu de payer un prix exorbitant à une compagnie de transport privée ou de passer des heures à faire des devis en ligne, tu la mets sur le site et tu pourras faire de sacrées économies !

C’est pas bête ! Et où en êtes-vous aujourd’hui, toujours en version bêta ? Vous avez des users un peu ?

Le site est quasiment fini à 99%. Nous voulions proposer quelque chose d’abouti aux futurs users plutôt que risquer d’en décevoir certains par des bugs et de ne plus les voir. Les corrections des derniers points sont finies, c’est une question d’heures pour le lancement officiel sur les réseaux sociaux et voir comment le public réagit à notre offre. Les users actuels sont les proches pour les derniers tests.

upick

J’imagine que quand les lecteurs liront notre superbe interview, le site sera déjà en ligne, avec une explosion des compteurs 😉 C’est quoi tes objectifs ? Tu te donnes une deadline pour faire un point ?

J’espère que les compteurs exploseront avec notre échange !
Sur ce point, nous avons toujours essayé de garder une vision simple des choses, nous n’avons pas écrit d’objectifs clairs et précis pour le lancement. Avant de prendre des décisions importantes tels que des objectifs ou deadline à respecter, on voulait d’abord voir comment le lancement allait se passer. Par la suite en fonction de l’évolution du trafic et des feedback, nous pourrons alors réfléchir à la meilleure stratégie et s’écrire des objectifs.

Les feedback, c’est la clé ! Et quand et comment l’idée vous est venue ? Un besoin perso ?

Nous attendons beaucoup des retours utilisateurs, c’est le seul moyen d’améliorer notre service pour répondre au mieux à leurs demandes !
Avec mon ami d’enfance qui est mon principal associé nous avons fait les 400 coups ensemble. Un tas de péripéties nous ont amenées à traverser notre région de long en large, que ce soit pour rendre service à quelqu’un, chiner une bonne affaire sur le bon coin, aider des amis étrangers à déménager… je t’en passe et des meilleures !
Forcément, nous sommes arrivés à un constat simple : ce qu’on transporte nous-mêmes est moins cher qu’un transporteur. Trouver une personne qui fait le trajet et peut nous amener notre objet serait tellement plus cool ! De même, les personnes qui n’ont pas de voitures, ni d’utilitaires à disposition, ou encore pas de permis, se retrouvent bloquées ou obligées de payer une énorme somme. C’est là que notre idée a germé.
Il y a un peu plus d’un an et demi nous avons monté le business model de Upick et énormément réfléchi à comment mettre en oeuvre toutes les idées que l’on avait. Et depuis 6-7 mois nous travaillons à la confection du site.

Un travail de longue haleine, bravo les gars ! Du coup, comme BlablaCar, vous allez prendre une commission sur chaque trajet ?

Oui comme pour les autres sites internet collaboratifs, notre business modèle se base sur une commission prise sur le prix du trajet. Notre différence est qu’au lieu de l’imputer à la personne qui paye, nous avons choisi de l’imputer à la personne qui reçoit l’argent.
Après réflexion, la personne qui s’attend à payer 10€ sera toujours déçue de se voir impacter des frais et payer 1 ou 2 euros de plus. Par contre une personne qui reçoit de l’argent sera potentiellement toujours satisfaite de recevoir un montant même réduit par une commission.
C’est une manière originale de procéder et nous pensons que c’est plus avantageux pour les utilisateurs. Nous n’avons pas non plus incorporé de montant minimum comme on peut le trouver sur certains sites collaboratifs. Même si nous avons des frais à couvrir, nous voulons que l’utilisateur soit le seul décideur du prix qu’il estime.

Et tu continues de travailler en parallèle, ou vous êtes tous les deux 100% focus sur Upick?

Comme j’ai fini mes études en alternance fin septembre, j’ai préféré me consacrer full time sur Upick pour finir le site et tout ce qui va avec la création d’une boîte, plutôt que d’enchainer sur un boulot qui te prend 50 heures par semaine.
Saad, lui, a continué de travailler de son côté jusque la semaine dernière. Il fallait bien que quelqu’un paye les serveurs quand même !

Upick

Haha c’est bien vrai ! Tu as une anecdote à nous raconter sur cette dernière année passée à bosser comme des fous, à avoir de hauts et des bas j’imagine ? Comment avez-vous tenu ?

Les expériences sont nombreuses, après ce qui m’a le plus marqué est le travail « indirect », on n’a pas des horaires de bureau comme je pouvais avoir avant. Là on bosse beaucoup mais on ne s’en rend pas compte.
Encore samedi devant le classico (on adore le foot), Saad était revenu de Metz, mais en fin de compte on est resté focalisé sur le site, et on a mis le match de côté. C’est une expérience et une ambiance à part entière de travailler comme cela.
Je me souviens d’une fois où, avec notre troisième associé, le petit frère de Saad, nous avons travaillé jusqu’à 4h du matin. Rien de spécial pour des jeunes tu vas me dire, sauf qu’à 7h nous étions tous debout pour aller bosser !
Nous avons eu des hauts et des bas, mais je pense qu’après avoir bien choisi ses associés, ca ne peut que tenir ! Avec Saad nous avons une amitié en béton depuis 15 ans et nous sommes parfaitement complémentaires.

Justement à ce propos, tu ne trouves pas ça dangereux de monter un truc avec ton meilleur pote ? Comment tu peux être sûr que ça tiendra et que tu ne vas pas ruiner ton amitié ?

Honnêtement, ce n’est pas simple tous les jours, chacun a ses points de vues et ses manières de faire, cela peut être compliqué de se mettre d’accord.
Je n’ai jamais eu de réticence à monter un projet avec mon associé car je le connais, je connais ses points forts et ses domaines de compétence. C’est réciproque pour lui à mon égard. Nous avons une confiance mutuelle, s’il me demande de lui faire confiance sur tel point, je le suis sans sourciller et il ferait de-même. C’est pour cela et tout un tas d’autres raisons que je pense que c’est intéressant de monter un projet avec des amis proches sans risquer de ruiner une amitié.

Ca marche, c’est top ! Un dernier conseil à donner à un jeune qui veut se lancer ?

Oui même deux ! Nous pensons qu’il ne faut pas uniquement créer une entreprise pour gagner de l’argent, essayez de répondre à un besoin auquel vous croyez et qui vous touche personnellement.
Aussi, entourez vous de personnes en qui vous croyez car le trajet est long !

Retrouvez Upick en ligne, sur Facebook ou encore sur Twitter !

Découvrez des jeunes startups du monde entier et profitez d’une réduction à l’achat !

The following two tabs change content below.
The following two tabs change content below.
Hilaire Besse

Hilaire Besse

Co-founder chez Pick & Pow
Co-founder at Pick & Pow - French entrepreneur, crazy about innovation, entrepreneurship, and patatas bravas. Want to talk about your startup? Reach us on: mag@pickandpow.com